L’urbanisme est une forme d’art de la répétition

Par
1 min de lecture  |  Publié le 15/09/2022 sur | Mis à jour le 17/05/23

Lorsque j’utilise le terme “urbanisme à la parcelle”, je me rends compte que j’ai souvent du mal à faire passer le message de ce que ce concept désigne :

  • non pas une approche uniquement centrée à la parcelle, à l’exclusion de ce qui se trouve dans son environnement,
  • non pas une approche bornée dans ses limites parcellaires,
  • mais une approche qui procède par itération, touche par touche, parcelle par parcelle, et qui procède de façon sur mesure à chaque itération, à chaque division parcellaire et à chaque projet conçu sur chaque parcelle.

En une phrase : à chaque itération, le résultat de l’ensemble des étapes précédentes est pris en compte pour concevoir la suivante.

On pourrait décrire cela comme une sorte d’approche algorithmique.

L’image de gauche peut-être “dessinée” dans son ensemble. Celle de droite non. Elle ne peut qu’être “engendrée” par une approche “parcelle par parcelle”. La diversité et la mixité ne se “dessinent” pas.