Comment mener à bien une opération BIMBY ? L’exemple de Périgueux

Par
2 min de lecture  |  Publié le 20/04/2022 sur | Mis à jour le 02/06/23

Construire sa maison : la course au terrain à bâtir

par

JT TF1 20h Semaine  | tf1info.fr

Les contraintes de la diffusion “grand public” peuvent parfois créer quelques contre-sens techniques…

L’opération BIMBY de Périgueux mise en lumière dans le 19/20 de France 3 le mardi 19 avril 2022 n’y a pas échappé !

Quels étaient les premiers enseignements du BIMBY, tirés des tous premiers échecs, notamment au Tremblay-sur-Mauldre, dans les Yvelines ?

Le jeu d’acteurs complexe au coeur d’une opération BIMBY

Il ne faut pas dessiner dans les parcelles des gens sans leur en avoir parlé au préalable (si si c’est un réflexe très courant chez les urbanistes et les architectes) : ça a pour effet de rendre incompréhensible le jeu d’acteurs qui se joue dans le BIMBY, à savoir :

  • la ville, qui est responsable des infrastructures, de l’espace public, et de la cohérence du développement, via notamment les règles du PLU,
  • les propriétaires (actuels et futurs) de parcelles, qui sont à l’initiative de projets qui doivent s’inscrire dans cette cohérence de développement,
  • l’opérateur – accompagnateur, ici Villes Vivantes, qui modélise les options, en étudie la faisabilité réglementaire, la viabilité économique, les conditions d’insertion, des options que les habitants seront libres de saisir, et de conduire, ou non !

Je vous laisse deviner le passage du reportage qui pose problème.

“Convaincre” les élus plutôt que les habitants

Il ne faut donc pas essayer de “convaincre” les habitants, comme le suggère la voix off dès les premières secondes du reportage… : sur des décisions aussi importantes dans la vie d’un ménage que de construire, vendre, accueillir un voisin dans son jardin (cet acte est définitif) on est moins dans le registre de la conviction que du choix mûrement réfléchi, répondant à des situations de vie et des contraintes bien réelles.

Les habitants ont besoin d’information, de compétences pointues, d’un coaching pour certains, de médiation pour d’autres, et de règles d’urbanisme intelligentes et adaptées, pas de propagande, ni d’efforts démesurés de conviction !

Ce petit (et joli !) reportage pourra, par contre, sans doute aider à convaincre d’autres élus locaux de France de s’élancer dans la voie (joyeuse) de la densification (douce) et du ZAN pour accueillir tous les ménages qui le souhaitent en coeur d’agglo.