Creusot-Montceau : l’étalement urbain se heurte au mur des prix avant de se heurter au mur du ZAN

Par
1 min de lecture  |  Publié le 22/06/2023 sur | Mis à jour le 29/06/23

Depuis quelques années, les lotissements en extension urbaine font face au mur des prix. Y a-t-il un lien avec le ZAN ?

Près de 40% des logements neufs ne trouvent pas d’acquéreur

Sur les 347 terrains à bâtir créés via des permis d’aménager dans la Communauté Urbaine du Creusot Monceau depuis 2010, 137 sont encore dans l’attente d’un acquéreur.

Sur ce territoire comme dans d’autres où nous intervenons, nous observons une augmentation du coût de revient (aménagement, viabilisation, commercialisation) des lots à bâtir en lotissement indépendamment des prix du foncier.

Une augmentation des coûts amorcée depuis 2017

A regarder ce graphique, cette augmentation des coûts serait amorcée depuis 2017, alors que les prix de vente des terrains en diffus, sur lesquels pèsent moins de contraintes économiques (peu de coûts d’aménagement) ont plutôt tendance à baisser sur le territoire de la CUCM, en décroissance démographique.

Problème : en-dehors des métropoles et des territoires les plus dynamiques, l’augmentation des coûts d’aménagement des lots à bâtir pourrait éloigner leur prix de vente du budget des accédants.

En secteur détendu, l’artificialisation de nouveaux espaces se heurte donc à des difficultés économiques bien avant la mise en œuvre effective du ZAN.

SUR LE MÊME THÈME