Réussir la rénovation et reconfiguration de l’existant : pourquoi je dois devenir « plus » qu’un architecte

Par
2 min de lecture  |  Publié le 24/04/2023 sur | Mis à jour le 24/07/23

L’opération BIMBY-BUNTI du SCoT des Vosges Centrales

par

France 5 | youtube.com

France 5 et Ghislaine Buffard sont venus rencontrer l’opération BIMBY-BUNTI du SCoT des Vosges Centrales, opérée par Villes Vivantes, et les porteurs de projets de construction en BIMBY, mais aussi et surtout en rénovation BUNTI (75% des projets), dont la plupart étaient vacants.

D’après le reportage, on estime à 3 millions le nombre de logements vacants en France à l’heure actuelle.

Il existe deux freins principaux à la restauration du bâti ancien :

  • le budget : “restaurer coûte très cher” pour le particulier
  • les compétences : “techniquement, l’ampleur des travaux peut faire peur

Les aides financières peuvent-elles aider à déclencher des projets ?

Oui, comme je l’indique dans le reportage ; mais le plus important est l’accompagnement.

Reconfigurer un bâtiment est une décision complexe à prendre qui croise de multiples questions (architecturale, technique, économiques, patrimoniales, règlementaires, légales). C’est cette complexité et ce risque qui découragent la plupart des personnes, avant la question du budget. Inventer ces nouvelles compétences pluridisciplinaires, pour déclencher et faire aboutir des projets de qualité, c’est cela le véritable sujet de l’expérimentation BIMBY-BUNTI pour réaliser la quadrature du cercle de la production de nouveaux logements sans s’étaler !

Suis-je « architecte » lorsque j’accompagne un ménage dans la réalisation de son projet ?

Oui, évidemment, dans le sens où je mets en œuvre un savoir-faire de conception architecturale auquel j’ai été formé et que j’approfondis chaque jour ;

Et non, dans la mesure où ce qui est attendu de moi, à la fois pour déclencher et pour faire aboutir ces projets est bien plus large que les strictes compétences du métier d’architecte : l’immobilier, le droit, la gestion du patrimoine familial, le coaching et la médiation font partie des compétences que je dois affiner chaque jour à celle de la conception architecturale ;

Dans tous les cas, l’accompagnement que je prodigue en équipe à ces centaines de porteurs de projet, situe plutôt mon action au niveau de l’urbanisme opérationnel ; et cette action se conclut toujours par un passage de relais aux maîtres d’œuvres du territoire, dont les architectes font partie, qui vont concrétiser ces projets !

SUR LE MÊME THÈME

Contribuez au  

Vous souhaitez mettre votre expertise au service du développement de villes plus vivantes ? Ecrivez-nous !
contribuer@vv.guide