Les véritables “boucliers” de notre société, ce sont les grandes villes dynamiques et créatrices d’emploi

Par
2 min de lecture  |  Publié le 31/05/2023 sur | Mis à jour le 31/05/23

Face à l’inflation, Bruno Le Maire confirme la mise en place d’un «bouclier loyers» visant à limiter leur augmentation

Si l’on redoute que les loyers s’emballent avec l’inflation, on s’interroge moins sur les raisons profondes qui maintiennent une grande partie des ménages et des entreprises dans les territoires aux marchés immobiliers les plus tendus, là où les conditions de vie sont les plus difficiles.

Pour quelles raisons les grandes métropoles françaises attirent-elles autant ?

L’attractivité et la surchauffe de Paris, Bordeaux, Lyon, Toulouse, Montpellier, Nantes, Rennes… seraient-elles les effets :

  1. d’un marketing territorial génial qui aurait survendu leur potentiel ?
  2. de politiques publiques ultra efficaces qui les auraient trop favorisées ?
  3. où plutôt, d’une mutation en cours, au sein de notre société, dont on aurait pas encore apprécié les impacts ?

Sans négliger les points 1/ et 2/, réels, je crois beaucoup au point 3/.

Pourquoi les ménages et les entreprises s’obstinent-ils à s’installer massivement là où les prix de l’immobilier sont quasiment prohibitifs ? Là où les embouteillages et la pollution sont les plus démesurés ?

Les grandes villes, garantes de la sécurité économique des ménages ?

Prenons un peu de recul.

Le phénomène d’urbanisation est en cours à l’échelle planétaire.

La France ne fait pas – plus – exception.

Dans les pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique du Sud, les “grandes villes” sont une réalité – informelle – décidée en premier par les mouvements de population, avant de devenir des réalités formelles, administratives et techniques : les individus viennent chercher, dans les grandes villes, la sécurité de leur ménage d’un point de vue économique.

Cette sécurité ne provient pas :

  • de la confiance accordée par les individus à un employeur public ou privé, suffisamment pérenne pour vous offrir une carrière de 20, 30 ou 40 ans au sein de son institution ;
  • d’un système social stable et protecteur (droit du travail fort, assurance chômage, santé publique…) ;

Elle provient de la ville, et plus précisément de sa taille et de sa densité : de sa capacité à rassembler, dans un même espace, beaucoup d’options, d’opportunités d’emplois, de négoces, de rencontres, de relations, de possibilités de vie et de survie, aisément accessibles.

Cette réalité anthropologique qu’on connue les pays dont le développement s’est produit au 20e siècle, ceux-là mêmes qui ont bâti les grandes villes du siècle dernier, la France est en train de la découvrir.

En France, le “bouclier” d’un ménage ce n’est plus d’obtenir un CDI chez EDF, Renault, à l’Hôpital ou à l’Université : tout le monde a une connaissance intime de la fragilité d’un tel contrat.

Le “bouclier”, c’est de s’installer durablement à Lyon, Bordeaux, Toulouse… pour avoir accès aux options que ces territoires vous offriront à court, moyen et long terme : tout le monde a une connaissance intime de la solidité d’une telle perspective.