Pourquoi l’avenir appartient à la maison individuelle

Par
2 min de lecture  |  Publié le 14/10/2023 sur | Mis à jour le 17/03/23

Faut-il dire adieu à la maison individuelle ?

par

Jeanne Fournet | alternatives-economiques.fr

En octobre 2022, Alternatives Economiques posait la question suivante : “Faut-il dire adieu à la maison individuelle ?”.

Nous pensons que non.

Je me risquerais même à émettre l’opinion contraire, impopulaire dans nos cercles professionnels, mais très populaire à l’extérieur de ceux-ci : la densification des villes à venir se fera, en dehors des cœurs métropolitains, principalement par la maison individuelle.

  1. pour des raisons économiques : construire une maison à l’unité, à maîtrise d’ouvrage habitante (en autopromotion), est la façon la moins chère de produire un m2 habitable ; à l’heure où les coûts des matières premières et de l’énergie s’envolent, construire en filière courte, en se passant du maillon de la promotion là où c’est possible, permettra non seulement de bâtir sur mesure mais également de maintenir des prix de production décents et compatibles avec la capacité financière des ménages ;
  2. pour des raisons foncières : la maison dispose d’un gisement foncier en densification abondant, contrairement au logement collectif qui doit opérer sur des tenements fonciers de plus en plus rares et chers ; en effet, l’essentiel des fonciers déjà déjà bâti et connectés aux infrastructures existantes sont des micro-fonciers (des jardins de maison individuelle) uniquement capables d’accueillir un, deux voire trois logement supplémentaires sans démolition du bâti existant ;
  3. pour des raisons politiques : la préférence des français pour la maison avec jardin est assez claire, et elle a été ravivée par la crise sanitaire ;
  4. pour des raisons d’agilité et de résilience : opérer une densification organique, parcelle par parcelle, à maîtrise d’ouvrage habitante, quasiment sans risque, sans montage financier complexe, à la demande, est un mode de production du tissu urbain beaucoup plus souple et résilient que la production de la ville par grands projets, modèle que nous avons hérité du paradigme industriel du 20ème siècle appliqué à l’habitat ;
  5. pour des raisons d’égalité patrimoniale : parce que la densification par la maison est une façon de poursuivre, en densification, la production de nouveaux biens abordables en quantités importantes, et donc de maintenir une filière d’accession à la propriété pour ceux qui le souhaitent, et donc de ne pas condamner les générations à venir à devenir les locataires des générations précédentes.

Pour toutes ces raisons, le futur proche d’une large partie du territoire appartient sans doute à la densification douce et organique des villes et donc à la « maison individuelle ».

SUR LE MÊME THÈME