Etudiants en quête de sens : et si l’urbanisme était la voie que vous cherchiez pour agir contre le changement climatique ?

Par
2 min de lecture  |  Publié le 31/05/2022 sur | Mis à jour le 31/05/23

A Polytechnique et à Sciences Po, vent de contestation lors des remises de diplômes face à l’urgence climatique et sociale

par

Marine Miller et Margherita Nasi | lemonde.fr

Face au vent de révolte qui a soufflé sur les rangs de plusieurs grandes écoles au printemps 2022, dont École Polytechnique, je propose une piste – difficile mais excitante – aux étudiants en quête de sens.

Pour augmenter votre impact positif sur la planète :

  • non seulement en tant que citoyens actifs et engagés,
  • non seulement en tant que consommateurs sobres et éclairés,
  • mais également, demain, en tant que professionnels courageux et talentueux !

Une discipline balbutiante qui requiert talent, engagement et courage

Venez contribuer à fonder et bâtir une discipline presque naissante, encore balbutiante : “l’urbanisme”.

Cette discipline est par essence complexe, systémique, multidimensionnelle, plus difficile à modéliser uniquement par les mathématiques et les sciences physiques que d’autres…

Mais elle bénéficierait, grandement, d’approches analytiques, quantitatives et modélisatrices.

Une discipline fondamentalement liée à l’enjeu écologique

La planète est notre “premier habitat”.

L’urbanisme consiste à organiser notre habitat “secondaire” (nos villes, nos territoires, nos infrastructures, nos maisons) pour qu’il puisse répondre aux besoins et aspirations de notre temps, en harmonie avec notre habitat “primaire”, la planète Terre et ses ressources limitées.

Les projets de R&D en urbanisme nécessitent un engagement intellectuel puissant.

Ces projets peuvent changer la donne en matière d’aménagement du territoire, de protection des terres naturelles et agricoles, de réduction drastique des besoins de déplacements quotidiens, d’augmentation forte du confort et des performances énergétiques de l’habitat.

Ces projets prennent comme point de départ la réalité anthropologique, sociologique et politique de notre société : voici pourquoi ils parlent aux étudiants de Sciences Po qui n’ont pas peur de se frotter aux chiffres, à la technique et à l’immobilier !

“Et vivre, c’est ne pas se résigner.”

A très bientôt sur les routes de l’action, de la vie et de la non résignation.