Les ventes de maisons neuves s’effondrent : voici pourquoi, en tant qu’urbanistes, nous devrions nous en occuper sérieusement

Par
2 min de lecture  |  Publié le 20/10/2022 sur | Mis à jour le 17/03/23

Immobilier : les ventes de maisons neuves s’effondrent

par

Elsa Dicharry | lesechos.fr

En 2022, le marché des maisons neuves a baissé de 27%*…

Les maisons neuves demain seront certainement différentes de celles d’hier (en raison du ZAN mais pas seulement !).

Mais, pour qu’elles existent, encore faudra-t-il que l’outil productif de la maison neuve produite à l’unité, à maîtrise d’ouvrage habitante, à savoir le tissu d’artisans, de maîtres d’oeuvres, d’architectes et de constructeurs de maisons individuelles, subsiste.

Si ces entreprises disparaissent, c’est notre capacité à nous appuyer sur la filière de l’autopromotion (production de logement sans promotion immobilière) qui sera fragilisée, et ainsi la filière courte de production logement qui, depuis plusieurs décennies, construit l’essentiel des logements abordables en France, comme le rappelle cet article des Echos.

Les maisons de demain ne seront sans doute pas construites dans des lotissements neufs

Elles viendront peut-être en ajout, insérées avec agilité architecturale dans des jardins existants, qui seront partagés, en densification douce.

Elles seront probablement moins bâties par des jeunes couples avec enfants, lesquels préféreront rénover des maisons anciennes, et plus par des séniors recherchant un plain pied bien isolé et bien situé, une typologie d’habitat qui manque cruellement au sein du parc bâti existant.

Mais si l’outil de production des maisons à l’unité disparaît, alors c’est notre capacité historique à produire, en complément du logement social, du logement abordable, qui disparaît également !

Voilà l’enjeu, à moyen terme, en plus de la réponse aux besoins immédiats de ceux qui sont à la recherche d’un logement : maintenir en vie, dans un contexte très perturbé, un tissu d’entreprises capables d’intervenir en construisant à l’unité, pour des maîtrises d’ouvrage habitante, sans promotion immobilière, à des prix abordables.

Les ventes de maisons neuves s’effondrent : en tant qu’urbanistes nous devrions nous en occuper sérieusement !

Comment ?

  1. En écrivant les PLUi pour que la mobilisation des micro-fonciers dans les secteurs bâtis mais peu denses soit possible ;
  2. En accompagnant massivement les propriétaires de ces micro-fonciers dans leurs projets afin qu’il libèrent une nouvelle offre foncière en renouvellement urbain : Bimby, Bunti.

* Source : Pôle Habitat FFB (citée par les Echos)

SUR LE MÊME THÈME